Distorsions (ou Anytos)

L’assemblée distordue aux lignes dures reluisantes de métal
S’était rassemblée au sommet de la colline
Intimidée qu’elle envahissait négligemment ;
Elle condamna les plantes à philosopher
Et les poisons à s’épanouir.
Voyant cela, des éponges s’effarèrent
Et de leur surface tiède jaillirent des terreurs
Aux manchettes couvertes de sang
Tandis que la Résistance au cœur des cachots s’organisait ;
Alors le linge blanc maculé de sang

Ayant soigneusement délibéré
Referma les portes, accumulant la terre
Devant les éponges résignées
L’assemblée se dispersa en croquant bruyamment des oignons.
Sur la place se putréfiaient lentement os et moignons ;
Devant les portes scintillait déjà la coupe d’argent.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s