Lumière – Écriture participative

Voici une nouvelle proposition d’écriture participative ! Comme d’habitude, je vous propose une image (il s’agit d’une photo que j’ai prise il y a quelque temps), et vous exprimez dans les commentaires ce qu’elle vous inspire. Aucune contrainte formelle, sauf si vous voulez vous en imposer une, bien sûr !
Vous pouvez partager cet article afin d’agrandir la chaîne poétique qui le suivra, si le principe vous plaît.
On y va ?

image

HORS BOYAUX

Je me suis échappé
De l’image parlée

Extrait une fois du souterrain
Rendu à la lumière

________________________________________

P.S : On m’a posé la question à plusieurs reprises : il n’est pas nécessaire d’avoir un compte WordPress pour commenter !

À vous !

Publicités

Instant-Né : Figure en apnée

Après la première impulsion,
le corps se déploie
On embrasse presque la mosaïque dure.

C’est l’instant précis où basculent les jambes
frôlant la nuque

Et soudain les sinus se rétractent
sous l’invasion d’eau bleuie

Lorsque les hanches se tordent
que timide le sexe hésite à rêver
On ouvre les yeux ;

Là, une distance s’ouvre
clartés mobiles
bleu
parois ondoyantes sous la vision trouble

Alors on remonte
ici surtout pas de stabilité
ou ce serait l’étouffement
Alors on remonte
Les bras se lèvent, comme pour
adorer le soleil perçu derrière
la membrane mince des eaux ;

Alors on remonte, et encore
un éclat de temps traîne sous les pieds
car ce qui pourrait être un reste d’âme
flotte
et protège du
retour à la surface

________________________________________

(Beaucoup plus loin, là où les yeux
voient de nouveau net,
se propage le ciel
recueilli ravagé de lumière pure.)

________________________________________

Capté le 07/08/15
Réfléchi du 07/08 au 08/08;
Écrit le 08/08/15 aux alentours de 20:40

Nuit, 3

Et voici un nouvel opus de l’écriture participative ! Le précédent est ici.

Comme d’habitude : une image, et dans les commentaires, vous postez ce qu’elle vous inspire. Pas de contrainte : il ne s’agit pas forcément de description, l’image peut n’être qu’un support venant donner une nouvelle dimension, du « relief » au texte !

IMG_20141120_201452

(Elle n’est pas retouchée…)

« Moteur ! »

Bouffée encrassée.

« Ça tourne ! »

« À droite au prochain carrefour. »

*

S’ils savaient

Songe le poteau

Qu’ici j’ai le temps

Tous les phares

Pour penser

À mes placards

D’illusions génocidées…

À vous !

Ville, 1

Premier article d’une nouvelle série !

Le principe est très simple : il s’agit d’écriture participative. Je poste une image et dans les commentaires, vous (on se vouvoie ?) laissez un poème sur le thème de la photo.

Pas de contrainte, ça peut être un sonnet hyper-contrôlé en alexandrins rimés, un haïku, des vers libres, un poème en prose… Ce que vous voulez ! Il ne s’agit pas forcément de décrire l’image mais plutôt de transmettre par écrit ce qu’elle vous inspire.

On fait ça ?

Allez je commence.

Rouge.Éclairons les sens

Interdits et les

Lueurs de sang

Se répandant

Avec la

Régularité

Des tronçons sans

Sifflement ni son

À vous de jouer !

04:13 un mardi

Le lampadaire crâneur
Dans sa pénombre orangée
Se félicitait tout bas de son bonheur
Une serviette vint à passer
Le luminaire gonfla et lui lança
Moi j’éclaire les habitations
Mieux que la froide lumière lunaire
Aux effets malsains que tu protèges
J’effraie le sang avant que tu l’éponges
Ma lueur d’accident pénètre les demeures !…
La serviette se tint coite
Puis dit, poliment inquiète
Je suis désolée
Je ne parle pas le lampadaire.