La poésie du mercredi (#33)

Je vous propose pour cette trente-troisième Poésie du mercredi un texte de Tristan Tzara, « le géant blanc lépreux du paysage », extrait de Vingt-cinq-et-un poèmes, paru en 1918.

le géant blanc lépreux du paysage

le sel se groupe en constellation d’oiseaux sur la tumeur de ouate

*

dans ses poumons les astéries et les punaises se balancent

les microbes se cristallisent en palmiers de muscles balançoires

bonjour sans cigarette tzantzantza ganga

bouzdouc zdouc nfoùnfa mbaah mbaah nfoùnfa

macrocystis perifera embrasser les bateaux chirurgien des bateaux cicatrice humide propre

paresse des lumières éclatantes

les bateaux nfoùnfa nfoùnfa nfoùnfa

je lui enfonce les cierges dans les oreilles gangànfah hélicon et boxeur sur le balcon le violon de l’hôtel en baobabs de flammes

les flammes se développent en formation d’éponges

*

les flammes sont des éponges ngànga et frappez

les échelles montent comme le sang gangà

les fougères vers les steppes de laine mon hazard vers les cascades

les flammes éponges de verre les paillasses blessures paillasses

les paillasses tombent wancanca aha bzdouc les papillons

les ciseaux les ciseaux les ciseaux et les ombres

les ciseaux et les nuages les ciseaux et les navires

le thermomètre regarde l’ultra-rouge gmbabàba

berthe mon éducation ma queue est froide et monochromatique nfoua loua la

les champignons oranges et la famille des sons au-delà du tribord

à l’origine à l’origine le triangle et l’arbre des voyageurs à l’origine

mes cerveaux s’en vont vers l’hyperbole

le caolin fourmille dans sa boîte crânienne

dalibouli obok et tombo et tombo son ventre est une grosse caisse

ici intervient le tambour major et la cliquette

car il y a des zigzags sur son âme et beaucoup de rrrrrrrrrrrrrr ici le lecteur commence à crier

il commence à crier commence à crier puis dans ce cri il y a des flûtes qui se multiplient des corails

le lecteur veut mourir peut-être ou danser et commence à crier

il est mince idiot sale il ne comprend pas mes vers il crie

il est borgne

il y a des zigzags sur son âme et beaucoup de rrrrrrr

nbaze baze baze regardez la tiare sousmarine qui se dénoue en algues d’or

hozondrac trac

nfoùnda nbabàba nfoùnda tata

nbabàba

Publicités