La poésie du mercredi (#69)

Nous accueillons aujourd’hui Boileau (qui porte mal son son nom…). Mais rien de sérieux, ni Art poétique ni réflexion sur la « pureté de la langue » : cette pièce extraite des Poésies diverses, publiées en 1674, aurait été écrite en 1653, lorsque l’auteur avait dix-sept ans… Ce qui doit expliquer sa légèreté !

CHANSON À BOIRE

Philosophes rêveurs, qui pensez tout savoir,
Ennemis de Bacchus, rentrez dans le devoir :
Vos esprits s’en font trop accroire.
Allez, vieux fous, allez apprendre à boire.
On est savant quand on boit bien :
Qui ne sait boire ne sait rien.

S’il faut rire ou chanter au milieu d’un festin,
Un docteur est alors au bout de son latin :
Un goinfre en a toute la gloire.
Allez, vieux fous, allez apprendre à boire.
On est savant quand on boit bien :
Qui ne sait boire ne sait rien.

La poésie du mercredi (#48)

Pour cette avant-dernière étape de notre parcours sur les textes de Philippe Katerine, je vous propose « Mon meilleur ami est un chien », extrait de l’album Les Créatures, en 1999.

MON MEILLEUR AMI EST UN CHIEN

Mon meilleur ami est un chien.
On peut lui parler, mais il ne vous répondra pas.

Il aurait préféré avoir une femme
Comme amie
Une femme attentive, belle et sûre,
Qui travaillerait dans l’Éducation Nationale.
Ils auraient des regards que nous n’avons pas,
Que nous n’avons plus
Et ils parleraient d’amour
Et de choses inouïes…
Avec moi ça n’est plus possible
Ça fait trop longtemps maintenant.

Alors certains jours
Je préférerais expliquer mon œuvre
À un lièvre mort.

Mais ça n’est pas possible
Parce qu’il est déjà occupé
Avec un type qui lui explique la peinture.

Alors…,
Je m’ennuie
Je m’ennuie sérieusement
Je m’ennuie et mon emploi du temps
Vous appartient complètement

Alors, racontez-moi ce que vous faites là-bas…
Il doit y avoir du soleil
Et vous mangez des fruits rouges
Et… Et vous devez vous baigner souvent
Hein ?

Je suis sûr que vous êtes tout nus
Je suis sûr que vous êtes tout nus
Je suis sûr que vous êtes tout nus
Je suis sûr que vous êtes tout nus
Je suis sûr que vous êtes tout nus
Je suis sûr que vous êtes tout nus
Je suis sûr que vous êtes tout nus
Je suis sûr que vous êtes tout nus
Je suis sûr que vous êtes tout nus
Vous êtes tout nus, j’en suis sûr

Décrivez-moi cet homme qui parle tout seul
Et qui n’a plus qu’un bras
Est-ce que vous le voyez toujours marcher devant la maison ?
Est-ce qu’il marche toujours devant la maison ?
Est-ce qu’il marche toujours devant la maison ?

– Laissez un message après le bip sonore, expressément.
– Allô, Philippe ? Ouais, en fait, y a une super fête, tu sais putain, c’est hyper génial, et y a vachement de trucs à boire, on va s’éclater ! Viens ! Mais viens, putain !

Bonjour
On ne se connaît pas
Et c’est très bien comme ça