La poésie du mercredi (#13)

Bonjour tout le monde ! Vous allez bien ?

Je viens de me rendre compte qu’il n’y a pas de troisième édition de cette rubrique. Pourquoi, comment ? Aucune idée. Bon.
En y repensant, je suis pourtant sûre d’avoir posté un poème de Dominique A. Mais il a disparu. (C’est un texte que j’aime beaucoup, je suis sûre de ne pas l’avoir effacé…) Bizarre, bizarre.

Quoiqu’il en soit, voici le… treizième ? douzième ? douzième virgule cinq ? poème mercrediesque ! Je sais, ça ne se dit pas. Mais j’aime bien inventer des mots. Bref.

Le poème que je vous présente aujourd’hui, « Chaos », a été écrit en 2014, donc par quelqu’un de vivant. (Je sais, c’est fou). Et en l’occurrence ce quelqu’un écrit sous le pseudo de « Tibère » (qui rime avec mystère. Les choses sont bien faites). C’est une poésie foisonnante de mots comme d’idées, assez étrange, bref, c’est super (et je ne dis pas ça parce que je connais l’auteur) (non je vous assure que c’est vrai). Enfin, vous pouvez en juger par vous-mêmes :

 

CHAOS

Une veille de fin du monde,
Je suis descendu dans la rue
Ce musée composite d’histoire surnaturelle.

Un tourbillon de fragments m’emporte
À travers une fourmilière bourdonnante
D’activité où l’on cultive des esprits de ruche tout en croyant quelque part
Être un surprenant sur-soi-même.

Un squelette joue aux osselets : la vie n’est pas une fin.
Et vingt-quatre oiseaux noirs chantonnent en farandole
Des airs poussiéreux que de vieux accordéonistes
Arcanistes leur ont enseigné un dimanche avant-midi.

Quel ennui : en une veille de fin du monde
Je suis retourné à mon ordonnancement hétéroclite de souvenirs.

Nature morte, 2

Écriture participative, nouvel épisode !

(Les précédents poèmes collectifs ainsi que l’explication du jeu sont ici !)

Qu'est-ce que cette image vous inspire ?
Qu’est-ce que cette image vous inspire ?

Venez nous l’écrire dans les commentaires !

Voici le

« Blason de la Mouche » :

Machine animale

Morceau de nuit volant

Que vois-tu

L’univers quadrillé

Comme le cahier

Qui veut te voir

Bouillie noire

Sur le carreau

Poils de soie

Reflets de moire

Aux aguets

Inspirée

Corps imbriqué serti de rubis

Pivotants

Corsage armure et peau

Pattes puissantes

Grêles

Plus agiles que ses doigts

Insecte nerveux aux ailes

Frémissantes

Éclat verdi

Comme ses yeux

Clairs regrets

Bourdonnants

Terreur terrifiée

Éphémère

Martyr

Des foudres

Ménagères

… À votre tour !

EDIT : I made a translation of this poem ! I hope that I did not make mistakes. If I did, please tell me 🙂 

Of course, it’s sounds better in French… (some words in French like « éclat » have a double meaning, so I had to make choices !)

Here is the « Fly’s Blazon »

« The Fly’s Blazon »

Animal engine

Flying piece of night

What do you see

Chequered universe

Like the notebook

Which wants you to be

Black slop

On the pane

Silky hair

Iridescent reflection

On the watch

Inspired

Interlock body set of pivoting rubies

Corset armor and skin

Vigourous and

Skinny legs

Nimbler than her

Fingers

Nervous insect with

Shaking wings

Blenched sparkle

Like her eyes

Clear regrets

Buzzing

Terrified terror

Ephemeral

Martyr

Of the

Housekeeper’s

Rage.