Lumière – Écriture participative

Voici une nouvelle proposition d’écriture participative ! Comme d’habitude, je vous propose une image (il s’agit d’une photo que j’ai prise il y a quelque temps), et vous exprimez dans les commentaires ce qu’elle vous inspire. Aucune contrainte formelle, sauf si vous voulez vous en imposer une, bien sûr !
Vous pouvez partager cet article afin d’agrandir la chaîne poétique qui le suivra, si le principe vous plaît.
On y va ?

image

HORS BOYAUX

Je me suis échappé
De l’image parlée

Extrait une fois du souterrain
Rendu à la lumière

________________________________________

P.S : On m’a posé la question à plusieurs reprises : il n’est pas nécessaire d’avoir un compte WordPress pour commenter !

À vous !

Publicités

Chirurgie florale

Je vous propose aujourd’hui une séance de poésie participative !
Comme toujours, le principe est très simple : écrire en commentaire ce que vous inspire l’image. À noter qu’aucune contrainte formelle n’est à respecter, bien que vous puissiez vous en imposer une.
Ici, j’ai voulu incruster un haïku, en rapport avec le thème floral, ou plutôt un haïku perverti, mais ce n’est en aucun cas une consigne.

D’ailleurs, vous pouvez très bien vous détacher presque totalement de l’image, et écrire sur tout autre chose – l’essentiel est de capter par mots ce que vous ressentez devant cette image.

Ne soyez pas timides : après tout, « La poésie doit être faite par tous et non par un », comme disaient Lautréamont et mon prof de français.

Allons-y !

(PS : je voudrais créer une chaîne poétique sur cet article et surtout ses commentaires, alors si ce principe/défi d’écriture vous plaît, même si vous n’y participez pas (ET C’EST TRÈS MAL), ce serait sympa de le partager, pour qu’il soit diffusé un peu partout !)

image

Végétaux fanés
Insidieuse eau croupie
Une mort est proche

(Se diffusent les parfums lourds
Quelque chose a eu lieu
qui terrifie la nature)

Instant happé
Avant la grâce terrible
Des lames faisant le vide.

________________________________________

À vous !

Grille, 5

Bonjour tout le monde ! Et si on écrivait un peu, tous ensemble, comme ça ? Hein ?
Voici donc la cinquième édition de l’écriture participative (ça faisait longtemps) !
Comme d’habitude : une image, et vous postez en commentaire ce qu’elle vous inspire, sans contrainte formelle (sauf si vous voulez vous donner une contrainte précise bien sûr).

image

Je commence :
la grille
piétinée reproduite oubliée inviolée la grille
sur les souterrains des égouts des dieux et des images
excusez-le il a toujours été ainsi
ainsi secret rêveur obstiné
comme tu l’étais à son âge oui
il se fond dans la tapisserie et s’en va l’enfant invisible des portes ignorées qui s’ouvrent au sixième étage compté par-dessous et
la grille la grille
irisée messagère délivrant les délivrés des routes bitume bulldozer

car l’enfant il elle il elle on
répète-t-on
avait ouvert le coffre
avait ouvert le coffre
avait ouvert le coffre
avait ouvert le coffre
avait ouvert le coffre métallique de la voiture qui le Mord et
sur la couverture il
elle on voit un âne mort
âne mort découpé pour servir de messager mutilé alors il elle se jette au-dehors des tours planant
de l’eau claire à ses pieds
de l’eau claire à ses pieds
de l’eau claire, assez, partout, partout trente-deux centimètres d’eau claire partout dans la ville des merveilles la ville-couleurs changeante et immobile aux bâtiments de béton colorés aux immeubles de tissus irisés
de l’eau claire à ses pieds
de l’eau claire à ses pieds immergés partout de l’eau
le volcan qui s’étouffe fait l’eau bouillante
de bouillante de bouillante de bouillante dans les égouts et le volcan meurt de la tuberculose et le volcan meurt et l’eau est claire à ses pieds
et l’eau bouillante dans les égouts les portes et les grilles
et c’est un arbre creusé que fait la pluie volonté d’herbe cassée de leur amour déglingué de leur amour sur le déclin
de leur amour de l’art assyrien syrien sumérien
de leur amour de l’art assyrien
des arts des arts écrits
sur la grille le passage mur
des arts des arts écrits sur la grille irisée le passage et le mur horizontal et
il elle on saute de grille en grille en priant
de bouche en bouche le poids des pieds émergés
ça sent l’encens
l’encens qui se déploie irisé irisé
c’est la grille le passage en priant s’ouvre-t-on
s’ouvre-t-on s’ouvre-t-elle sur l’art urbain sumérien assyrien la question la première la question la prochaine et

le camion écoulera les eaux polluées
les eaux polluées
les eaux polluées des débris des enfants métalliques qui
secrets rêveurs obstinés auront
secrets rêveurs obstinés auront ouvert les grilles toutes les bouches irisées et comme toi à son âge tu partiras secret rêveur obstiné
secret rêveur obstiné
irisé.

Ciel, 4

Ça commençait à faire longtemps qu’il n’y avait pas eu d’écriture participative ici ! Alors voilà : comme d’habitude, une image, et vous postez en commentaire ce qu’elle vous inspire, sans contrainte formelle.

IMG_20150113_172422
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Je commence :                                       « Au futur dissolvant »

Dès que se joindront les parallèles

Sur l’axe de nos illusions

Nous resterons captifs

D’une toile peinte

Qui sera notre idéal

et

Nous tuerons pour sa beauté

Les iris avides qui

Écorcheront son squelette

alors

Figés sur des bancs bondissant

sous les mers fragmentaires

Nos rêves seront concentrés sur

La voie des fils

Ce guide effiloché.

À vous !

Nuit, 3

Et voici un nouvel opus de l’écriture participative ! Le précédent est ici.

Comme d’habitude : une image, et dans les commentaires, vous postez ce qu’elle vous inspire. Pas de contrainte : il ne s’agit pas forcément de description, l’image peut n’être qu’un support venant donner une nouvelle dimension, du « relief » au texte !

IMG_20141120_201452

(Elle n’est pas retouchée…)

« Moteur ! »

Bouffée encrassée.

« Ça tourne ! »

« À droite au prochain carrefour. »

*

S’ils savaient

Songe le poteau

Qu’ici j’ai le temps

Tous les phares

Pour penser

À mes placards

D’illusions génocidées…

À vous !

Nature morte, 2

Écriture participative, nouvel épisode !

(Les précédents poèmes collectifs ainsi que l’explication du jeu sont ici !)

Qu'est-ce que cette image vous inspire ?
Qu’est-ce que cette image vous inspire ?

Venez nous l’écrire dans les commentaires !

Voici le

« Blason de la Mouche » :

Machine animale

Morceau de nuit volant

Que vois-tu

L’univers quadrillé

Comme le cahier

Qui veut te voir

Bouillie noire

Sur le carreau

Poils de soie

Reflets de moire

Aux aguets

Inspirée

Corps imbriqué serti de rubis

Pivotants

Corsage armure et peau

Pattes puissantes

Grêles

Plus agiles que ses doigts

Insecte nerveux aux ailes

Frémissantes

Éclat verdi

Comme ses yeux

Clairs regrets

Bourdonnants

Terreur terrifiée

Éphémère

Martyr

Des foudres

Ménagères

… À votre tour !

EDIT : I made a translation of this poem ! I hope that I did not make mistakes. If I did, please tell me 🙂 

Of course, it’s sounds better in French… (some words in French like « éclat » have a double meaning, so I had to make choices !)

Here is the « Fly’s Blazon »

« The Fly’s Blazon »

Animal engine

Flying piece of night

What do you see

Chequered universe

Like the notebook

Which wants you to be

Black slop

On the pane

Silky hair

Iridescent reflection

On the watch

Inspired

Interlock body set of pivoting rubies

Corset armor and skin

Vigourous and

Skinny legs

Nimbler than her

Fingers

Nervous insect with

Shaking wings

Blenched sparkle

Like her eyes

Clear regrets

Buzzing

Terrified terror

Ephemeral

Martyr

Of the

Housekeeper’s

Rage.

Ville, 1

Premier article d’une nouvelle série !

Le principe est très simple : il s’agit d’écriture participative. Je poste une image et dans les commentaires, vous (on se vouvoie ?) laissez un poème sur le thème de la photo.

Pas de contrainte, ça peut être un sonnet hyper-contrôlé en alexandrins rimés, un haïku, des vers libres, un poème en prose… Ce que vous voulez ! Il ne s’agit pas forcément de décrire l’image mais plutôt de transmettre par écrit ce qu’elle vous inspire.

On fait ça ?

Allez je commence.

Rouge.Éclairons les sens

Interdits et les

Lueurs de sang

Se répandant

Avec la

Régularité

Des tronçons sans

Sifflement ni son

À vous de jouer !