Dix-neuvième siècle

Trop tard
Les lourdes tresses noires
Sont tissées
Et leur entremêlement cafard
De ma chaise a fait le dossier

Publicités

Vingtième siècle

La pendule exaltée soufflait
battant d’argent châsse de séquoia
Cingla affolée cinq-queue fois
Carillon : odeur d’huiles essentielles servant à nettoyer des parquets de bois exotiques
La bouteille ouvrit l’horloge
et le chat aux yeux de battants d’or dilatés
immobile douloureux forcené fasciné
Happa le carillon d’une griffe jolie
Puis retourna à l’estragon.

La pelouse pelée

Si le temps se maintient nous verrons le hamac
Cils du danseur-main nouvelles d’on ne croit pas
Selles et sceau d’eau vous verrez les Kanaks
Sais ? Le temps maintient les glaces mais non pas les sumacs
Sumacs au poison pressé
La peau liquide au sang irrité

Si dans le temps ta mémoire se maintient
Pourquoi donc voudrais-tu regarder un hamac ?