La poésie du mercredi (#14)

Bonjour les humains et les ratons-laveurs de passage. Vous allez bien ?
Vous reprendrez bien un concentré de poésie contemporaine ?
Le poème d’aujourd’hui est un texte de Christine & The Queens (vous savez, l’interprète féminine de l’année des Victoires de la Musique…), « Half-Ladies », extrait de son album Chaleur Humaine (2014). Elle aborde dans ce texte la question de l’identité transgenre (ou peut-être agenre ou bi-genre, les frontières sont assez floues.)

HALF-LADIES

Cheveux en arrière
Col boutonné haut
C’est moins pour l’allure
Que pour cacher l’éraflure
Suis-je laid ou beau

Le corps rien à faire
Immobile fléau
Il n’y a qu’une humeur
Qu’un amour et sa douleur
Qui marque la peau

Depuis longtemps j’ai porté
Le doute devant, en collier

Laissez passer toutes les Half-Ladies

Cheveux en arrière
En mal d’idéaux
Nous portons la fatigue
En curieux enfants prodigues
Revenus trop tôt

Défier l’ordinaire
C’est à ma façon
Si je ne veux pas être une grande fille je serai un petit garçon

Pour chaque insulte lancée
Il pousse un grain de beauté

Laissez passer toutes les Half-Ladies

Bouge !

Publicités

10 réflexions sur “La poésie du mercredi (#14)

  1. Cette chanson me fait penser à deux films de Sébastien Lifshitz : Bambi (un documentaire sur un jeune homme qui devient artiste de cabaret puis travesti puis femme et accessoirement prof de français dans un collège) et Wild side (une fiction : une histoire d’amour intense entre trois personnes : deux hommes et un trans-genre). Deux films que j’aime beaucoup !

    Aimé par 1 personne

  2. Il doit y avoir un public pour ça, c’est tendance!

    Pour le coup, ce texte de Christine & The Queens est mièvre d’ailleurs en musique cela donne un effet transgenre, entre bienpensance et variété, sans attrait à vrai dire.

    Maintenant la critique est facile et l’art difficile et pour continuer dans le genre proverbiale les goûts et les…

    J'aime

    1. Je ne dirais pas que la reconnaissance des personnes transgenres en tant que telles soit « tendance »… Ça revient au même que de dire que « maintenant tout le monde est gay, l’homosexualité c’est une mode ».
      Et la prochaine tendance, ce sera quoi ? D’être noir ?…
      Justement je ne le trouve pas mièvre. Ce texte est recherché dans son écriture mais on est loin du côté « délicat et prétentieux ». Enfin, ce n’est que mon avis…
      J’avoue ne pas trop comprendre l’accusation d’être « bien-pensant ». C’est difficile pour les personnes transgenres qui ne sont ni reconnues ni représentées, à part dans des lieux précis…

      Aimé par 1 personne

      1. Tendance!? la polémique sur l’introduction à l’école de la « théorie du genre » a été mal comprise d’où l’utilité de faire passer le message par le monde artistique et quand cela se diffuse par le biais du showbiz, la variété, la pop… et bien là on entre dans le matraquage des idées.

        Sur la question masculin/féminin que nous avons tous en chacun de nous… des mots tel que hermaphrodite et androgyne sont étymologiquement suffisamment ancien pour démontrer que ce sujet du transgenre a déjà été pensé auparavant.

        A force d’éducation dans un long fleuve tranquille, à n’en pas douter, nous y arriverons dans quelques générations. Peut-être faudra-t-il commencer par l’interdiction du rose pour les filles et du bleu pour les garçons?

        Allez donc vous promener dans un magasin de jouets pour comprendre l’ampleur du problème.

        Maintenant, si c’est l’égalité que vous souhaitez entre les sexes, la non-discrimination de quelques minorités que ce soient, la liberté sexuelle d’être hétéro, homo ou bi… il n’y a rien dire, chacun fait ce qu’il veut.

        Pour en revenir au texte de cette chanson, vous aimez et je n’aime pas. Ce n’est pas très grave.

        Ne m’en voulez-pas de ne pas apprécier à sa juste valeur ce texte de Christine.

        Ce texte vous plait parce qu’il est beau et non pas parce qu’il évoque la question du genre même si on est loin des latines délicates que l’on est en droit d’attendre d’un artiste lorsqu’il est dans la lumière. Avouez que nous sommes loin d’un Gainsbourg, d’un Daho, ou autre Thiéfaine, Saez, Fauve, Souchon, Lanzmann… et la liste est longue. Limite, je préfère un bon vieux texte d’Alain Barrière dans le genre « Ma Vie », je dis ça ou je dis rien.

        J'aime

      2. Je ne pense pas que ce soit du « matraquage d’idée », tout simplement parce que c’est avant tout un choix esthétique, au même titre qu’une proclamation d’identité 🙂
        Je ne dis pas que la question du transgenre n’a jamais été pensée, au contraire : mais seules des « élites », artistes et intellectuels, y ont réfléchi (en se faisant taxer de « dégénérés » hein). Je dis seulement que l’acceptation des PERSONNES en tant qu’individus transgenres (ou genderfluid, etc.) dans notre société actuelle est problématique.
        Les jouets genrés sont un véritable problème dans le sens où on impose un rôle et une identité aux enfants. Ce n’est pas parce qu’il y a des poupées rose et des voitures bleues. Le problème c’est qu’on associe, en faisant par conséquence associer aux enfants (« matraquage d’idées » ?) que les filles ça aime le rose et c’est des mamans, les garçons les voitures bleues et c’est des héros. C’est là qu’on a un souci. C’est pas les jouets, c’est les parents et les autres adultes !…
        Ce n’est pas la même esthétique du texte que celles des artistes que vous citez. Mais on peut faire des choses différentes aussi 🙂

        Aimé par 1 personne

  3. Nom de Dieu, je HAIS Christine and the Queens …
    Pour moi, c’est un peu le tableau blanc avec une rayure blanche au milieu dans Art de Yasmina Reza, mais en musique.
    Bon, cela dit, ses textes, c’est pas le pire.
    (Nan, parce que sa voix, et surtout ses compositions, aaaaargh)

    Après, même si cette chanson égale pas les sommets d’horreur de Christine ou de Chaleur Humaine (cette dernière me faisant penser à une étudiante d’art bourrée avec le nez bouchée faisant un cours d’éducation sexuelle à des gamins sur trois notes vaguement électroniques répétées jusqu’à l’abrutissement), je trouve quand même ça franchement pas terrible, et je la façon dont le texte est arrangé est bizarre, pour rester poli – ça fait un peu métaphore cryptique qui veut tout et rien dire x5 + je suis profonde regardez-moi + plus anglicisme en plein milieu du refrain ALORS QUE LES ANGLICISMES C’EST LE MAAAAAAL (plus sérieusement, ça peut être tout à fait justifié de changer de langue, mais pas au middle d’une sentence, quoi) + ouuh attention identité transgenre je suis subversive je suis le renouveau de la chanson française ahahaha.

    JE. HAIS. CHRISTINE AND THE QUEENS.

    J'aime

    1. Wow. Peace & Love bro !
      Bah moi justement j’aime bien les harmonies répétitives et JUSTEMENT je trouve le texte très intéressant avec un anglicisme COHÉRENT. Mais bon.
      On dit pas « c’est pas bon », on dit « j’aime pas ».

      J'aime

      1. Okay sis …
        Bah d’habitude je dis j’aime pas, mais je t’avoue ma très chère muse, que j’ai un dégoût particulièrement prononcé pour ce groupe de joyeux sagouins.

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s