La poésie du mercredi (#67)

Nous parlons d’amour aujourd’hui avec Ronsard et ce poème extrait (justement) des Amours, datant de 1552…

Ces deux yeux bruns, deux flambeaux de ma vie,
Dessus les miens foudroyant leur clarté,
Ont esclavé ma jeune liberté,
Pour la damner en prison asservie.
De vos doux feux ma raison fut ravie,
Si qu’ébloui de votre grand beauté,
Opiniâtre à garder loyauté
Autres yeux voir depuis je n’eus envie.
D’autre éperon mon Tyran ne me point,
Autres pensers en moi ne couvent point,
Ni autre idole en mon cœur je n’adore.
Ma main ne sait cultiver autre nom,
Et mon papier n’est émaillé, sinon
De vos beautés que ma plume colore.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s