La poésie du mercredi (#64)

Le poème d’aujourd’hui est daté du 15 février 1989, et extrait du recueil Gris de Perle (in Écriture ineffable en Poésie/Gallimard) d’André Pieyre de Mandiargues :

HOMARD

De pudeur autant que de peine
Ou bien de fureur rentrée
Le homard ainsi qu’un petit
Dragon bleuâtre que l’on ébouillante
Rougit à l’écarlate extrême
Et perd quelqu’une de ses pattes
Au fond de la marmite aux épices,

Mais tu prendras un marteau de bois
Pour casser le dur orgueil de ses pinces
Et te régaler d’une exquise chair
Tendre comme d’une bien-aimée.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s