La poésie du mercredi (#60)

Soixante semaines, déjà.
Comme toutes les dizaines, voilà un poème que j’aime particulièrement : « Here », de Christine & The Queens, in
Chaleur Humaine, 2014.

(PS : N’allez PAS écouter le featuring avec Booba sur cette chanson… Conseil d’ami.)

HERE

Here is where everything happened

Ce que je voudrais raconter
Reste en pays étranger

Here is where everything happened

Sur mon dos marqué d’une croix
Pose ta main, souviens-toi

Here

Here is where everything happened

À force-force de lutter
Je ne suis que géométries

Here is where everything happened

Et mon curieux visage est né
Des débris du grand incendie

Don’t let anything be lost
La mémoire est un animal
Don’t let anything be lost
Silence mat, réveil brutal

Here is where everything happened

J’évolue en vivante trace
À peine un peu effacée

Here is where everything happened

Dessous mes ongles l’étincelle
En moi plus d’un millier

Here

Publicités

4 réflexions sur “La poésie du mercredi (#60)

  1. Tu fais ça juste pour m’énerver, de toute façon …
    Nan, mais bon, arrêtons la mauvaise foi, le texte est bon. Ça a les défauts de Christine & the Queens (aka : c’est tellement vague que ça pourrait tout dire, et que ça dit rien), mais il y a assez de sincérité en-dessous – on peut lier ça à une expérience concrète, mettre des mots sur l’impression.
    Je mets au défi tout éventuel lecteur, en revanche, de me dire l’émotion que « Christine » (la chanson) est censé exprimer, par contre.

    Bon, après la musique, et surtout la version avec Booba, c’est autre chose (le mélange chanson vaguement funk à concept et rap énervé, à moins de s’appeler Gorillaz, c’est pas évident évident, en même temps)

    Aimé par 1 personne

  2. Pas d’accord pour l’association avec Booba, d’ailleurs je vais me le remettre dans les oreilles pour rédiger ce message même si tu es mon amie. Je reviens. Voilà. Bon au départ j’aime bien cette chanson, j’aime bien tout l’album d’ailleurs, je suis allé la voir en concert et je n’ai pas été déçu. Sauf, sauf que j’aime une scène avec des musiciens dessus et en particulier un batteur. Si vous me lisez lisez producteurs et autres, s’il vous plait, pour l’amour du spectacle, remballer vos écrans géants, on en voit partout et tout le temps des écrans, au boulot, au resto, dans la rue, dans les magasins, partout, là, présentement, j’en ai un devant moi… Alors stop ! De la vie non de Dieu, une scène vivante, une musique vivante avec des musiciens qui démarrent pas en même temps, des fausses notes, des « Désolé, on reprends ! », des trucs qui vont pas, bref de la vie quoi ! Pour ceux, (les malheureux) qui n’ont pas connus ça,

    Vous ne le verrez plus jamais si ils n’arrête pas avec leur concert hyper formatés, aseptisés, oui, j’ose le dire, aseptisés. De nos jours, tu te lances dans un Pogo, on te regarde de travers, la sécu débarque, « Calmez-vous, calmez-vous », non mais je veux pas être calme au concert, j’y vais pas pour être calme, c’est tout le contraire, j’y vais pour la transe.

    https://misquette.wordpress.com/2016/01/07/transelectrification/

    J’ai cinquante ans en Novembre, je trouve qu’on s’emmerde dans la plupart des concerts, Christine a un peu de folie quand même, il y a au moins une exception

    Bon, pour l’association avec Booba, d’abord musicalement, je trouve que leur voix se marie bien et Booba, dont je n’apprécie pas ses prestations solos montrent là quelque chose de différent, il montre une sensibilité qu’on ne lui connait pas habituellement (en même temps, je ne suis pas très érudit en Booba!). J’aime bien comme il accompagne en chantonnant au début de la chanson.

    Au delà de la musique, ça me plait que ces deux mondes se rencontrent, ça me plait beaucoup même, je suis un peu fleur bleue vois-tu et ça me fait mal bide de voir le fossé, que dis-je le gouffre qu’il y a entre les jeunes dis « des cités » et les autres. Tout ce qu’ils partagent c’est la peur. La peur d’être considéré comme un moins que rien pour les uns, la peur d’être agressé pour les autres. Alors cet association, si elle casse un peu ça et bien c’est bien.

    Ah! Si tout le monde pouvait se donner la main…

    Pour reprendre le morceau de Gossip si dessus,

    « What do we want, we want peace, we want peace »

    Aimé par 1 personne

    1. Je suis tout à fait d’accord avec toi. En soi l’association entre les deux artistes est très intéressante puisqu’ils n’ont pas du tout la même façon d’envisager la musique ni les textes. Mais j’ai été très déçue de voir que ce n’était pas une chanson originale… mais une reprise. Et je trouve que le résultat est très décevant.

      Aimé par 1 personne

      1. C’est conceptuel, comme mélange, et ça peut être intéressant, mais on a l’impression que Booba débarque d’une chanson complètement différente. Non, parce que d’un côté y a Christine qui fait son truc habituel « doute mal-être existentiel incertitude mais je suis présente au monde etc. » et de l’autre côté il y a Booba qui se lance dans un catalogue des clichés les plus cons du gangsta rap « je suis génial, j’ai des armes, des sous et des femmes, et tout et tout ».
        C’est con parce que la production est pas mal en plus, et ça peut donner des trucs intéressants ce genre de pari. Genre Gorillaz, parce que Gorillaz c’est la vie (exemple : https://www.youtube.com/watch?v=p0OVD0_YJnU).

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s