Grille, 5

Bonjour tout le monde ! Et si on écrivait un peu, tous ensemble, comme ça ? Hein ?
Voici donc la cinquième édition de l’écriture participative (ça faisait longtemps) !
Comme d’habitude : une image, et vous postez en commentaire ce qu’elle vous inspire, sans contrainte formelle (sauf si vous voulez vous donner une contrainte précise bien sûr).

image

Je commence :
la grille
piétinée reproduite oubliée inviolée la grille
sur les souterrains des égouts des dieux et des images
excusez-le il a toujours été ainsi
ainsi secret rêveur obstiné
comme tu l’étais à son âge oui
il se fond dans la tapisserie et s’en va l’enfant invisible des portes ignorées qui s’ouvrent au sixième étage compté par-dessous et
la grille la grille
irisée messagère délivrant les délivrés des routes bitume bulldozer

car l’enfant il elle il elle on
répète-t-on
avait ouvert le coffre
avait ouvert le coffre
avait ouvert le coffre
avait ouvert le coffre
avait ouvert le coffre métallique de la voiture qui le Mord et
sur la couverture il
elle on voit un âne mort
âne mort découpé pour servir de messager mutilé alors il elle se jette au-dehors des tours planant
de l’eau claire à ses pieds
de l’eau claire à ses pieds
de l’eau claire, assez, partout, partout trente-deux centimètres d’eau claire partout dans la ville des merveilles la ville-couleurs changeante et immobile aux bâtiments de béton colorés aux immeubles de tissus irisés
de l’eau claire à ses pieds
de l’eau claire à ses pieds immergés partout de l’eau
le volcan qui s’étouffe fait l’eau bouillante
de bouillante de bouillante de bouillante dans les égouts et le volcan meurt de la tuberculose et le volcan meurt et l’eau est claire à ses pieds
et l’eau bouillante dans les égouts les portes et les grilles
et c’est un arbre creusé que fait la pluie volonté d’herbe cassée de leur amour déglingué de leur amour sur le déclin
de leur amour de l’art assyrien syrien sumérien
de leur amour de l’art assyrien
des arts des arts écrits
sur la grille le passage mur
des arts des arts écrits sur la grille irisée le passage et le mur horizontal et
il elle on saute de grille en grille en priant
de bouche en bouche le poids des pieds émergés
ça sent l’encens
l’encens qui se déploie irisé irisé
c’est la grille le passage en priant s’ouvre-t-on
s’ouvre-t-on s’ouvre-t-elle sur l’art urbain sumérien assyrien la question la première la question la prochaine et

le camion écoulera les eaux polluées
les eaux polluées
les eaux polluées des débris des enfants métalliques qui
secrets rêveurs obstinés auront
secrets rêveurs obstinés auront ouvert les grilles toutes les bouches irisées et comme toi à son âge tu partiras secret rêveur obstiné
secret rêveur obstiné
irisé.

Publicités

9 réflexions sur “Grille, 5

  1. votre poème emporte la grille dès les premiers mots : ça bouillonne, ça cascade !

    Je vais essayer autre chose (et merci pour l’exercice, c’est très stimulant !) :

    Eau claire, eau usée :
    avant je savais lire les signes
    sur les trottoirs de ma ville.
    C250 ? Irisé ? J’avais la clé,
    j’ouvrais la trappe
    et avec mes yeux seuls
    j’éclairais le passage.
    Je plongeais.

    Eau claire, eau usée
    par mes abus de lucidité,
    mes randonnées excessives
    dans les égouts trop rapides
    d’une ville que je ne peux nommer.
    je m’enfonçais au plus profond
    du sommeil où tous nous lâchons prise.

    Eau claire, eau usée :
    je n’aurais pas dû boire
    à la source sage de l’air libre
    car dès que la bonne parole m’a touché
    j’ai perdu mon seul pouvoir :
    savoir ouvrir les trappes et plonger
    dans le noir limon de ma ville.

    Aimé par 2 people

  2. Quelle est cette grille de lecture qui permettrait à chacun de s’exprimer sur le regard propre à chacun? L’exercice ne manque pas de charme. Au delà de l’irisé, je vois l’iris mais au l’Irié. Cette façon que l’oeil peut sans souci donner un ressenti sur la façon de voir, de concevoir pour observer un objet que l’on ne voit pas ordinairement. Sous mes pieds, la terre et les souterrains, les conduits, les égouts, les dégoûts, les canalisations numériques, tous ces réseaux au talent de génie civil et toutes ces choses que l’on ne sait pas. Il me faut a présent une clé de compréhension pour ouvrir cette grille et pourquoi faire? Aller eu centre de la terre des mystères ordinaires, cela donne envie sans plus… parce que je ne crois pas que derrière je rencontrerais cette fille d’Ipanema que j’attends… Voilà je fais demi tour et cesse à présent déposer mes yeux vers mes pieds et préfère me tourner vers l’irisé, la recherche d’un sourire dans le ciel. C’est finalement une grille sans véritable braise, juste le feu de l’Irié mais ça c’est une autre question.

    Aimé par 1 personne

  3. Je ne tenterai pas de rivaliser avec les pointures ci-dessus. Car toujours Jerfau le Courageux monte au créneau en tirailleur de pointe, appuyé sur ses ailes par Voda, dont les commentaires valent bien un billet. J’aimerais mieux que cette plaque d’égout m’inspire plutôt qu’elle ne m’aspire et je ne vois pas d’inconvénient à versifier sur quelque chose de dégoûtant à défaut d’être dégouttant par temps humide. Merci à toi Muse d’avoir sauvé ce reliquat d’une civilisation que d’autres s’acharnent à détruire.

    Aimé par 2 people

  4. En fait bizarrement la première chose à laquelle je pense, ce sont les plaques d’égouts de Disney. Elles viennent tout droit des US et je trouve ça chouette d’implanter des objets authentiques que les visiteurs ne voient pas forcément. Elles viennent de différentes villes et certaines sont fausses et il y a marqué il me semble le nom du père de Walt Disney. Voilà. Les égouts sont parfois ouvragées dans certaines villes et j’aime bien. Ça redonne un peu de classe à un objet sur lequel on marche tous les jours.

    Aimé par 2 people

  5. Au jeu des mots et des ressentis, j’aime m’y mêler. Merci pour cette proposition Thelema, j’y vais de ma plume dominicale.

    Anodin, en métal ce rectangle horizontal
    Ponctué de signes, pourquoi pas lisse?
    Une porte, un sas, un trou dans le sol étale
    Une invitation à plonger vers quoi Alice?

    Des sourcils, des mouettes, des guillemets
    Pour des mots inconnus, un discours muet
    Une tablette métallique qui, au delà du temps
    Restera hermétique aux visiteurs savants.

    Ecriture stérile vantant le nom d’un marchand
    Société mercantile où tout se vend, se prend
    De l’image au slogan, d’une griffe à un mot,
    L’irisé est volé, capturé, vitrifié en logo.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s