Pureté morbide

Vue de dos une femme grise

S’effondre

Le dos percé de

Deux balles.

Elle se retourne et

C’est moi

Angoisse – cris

Je vais mourir

Je vais mourir cette fois

Pour de vrai et toujours

Je ne veux pas mourir

Il y a beaucoup de gens autour et

Ils m’aiment

Ils regardent avec

attention

Je sens le sang qui presse les

veines d’éclater

Je crie et personne

Ne bouge

Aidez-moi aidez-moi

Je ne veux pas mourir

Appelez le samu les pompiers

Appelez qui vous voulez

Je ne veux pas mourir

Inutile répondent-ils

Les urgences sont saturées

C’est Noël tu sais

Et à Noël

Les gens se coupent avec les

Huîtres

Qu’ils ne vont pas manger

On ne va quand même pas les déranger

Puisque ton cas est

Inespéré

Et ils s’éloignent.

Le miroir s’approche et

J’y vois mes yeux affolés

Dont les contours

Suintent du sang.

Publicités

6 réflexions sur “Pureté morbide

  1. J’aime beaucoup, c’est superbement écrit et désespéré, justement. Mais, sadique que je suis, j’ai surtout beaucoup ri en lisant ce passage: « C’est Noël tu sais/Et à Noël/Les gens se coupent avec les /Huîtres/Qu’ils ne vont pas manger/On ne va quand même pas les déranger » Mais blague à part, c’est con mais je trouve que c’est celui qui porte le plus de « pulse » dans ton texte (ok, je vais peut être devoir lâcher Kerouac et ses expressions bizarres)

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s