Encroûtée dans un carnet

                         Nostalgique et lucide

Le nez dans le rêve
Un extravagant sourire
Dont il faut souffrir ;
Un crâne de fer luisant
De sa lumière sourde.
Peut-être un jour la colline asséchée
Cessera de m’appeler
De ses magnétismes ;
Alors il faudra courir.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s