Rue des arbrisseaux secs

Les fils électriques courbes
De tension molle
Sont sertis d’écailles
Jalonnés par des saphirs
Et des galets
Les hirondelles hésitent
Puis se posent sur les galets
Les merles cherchent à trancher les fils
Peut-être venimeux
Tandis que les étourneaux en bandes
Ras du goudron
Se fracassent laborieusement contre les murs
Leur cervelle coule grumeleuse
Et se fige sur le crépi.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s